Coïnfection VIH VHB : quelle efficacité du traitement sur la fibrose du foie ?

Retrouvez tous les comptes-rendus de la conférence AFRAVIH, qui s'est tenue à Bruxelles du 20 au 23 avril 2016.
Publié le 25.04.2016.

Anders Boyd, post-doctorant à l’hôpital Saint-Antoine à Paris, bénéficiant du soutien de Sidaction, a présenté à l’AFRAVIH les résultats de ses travaux sur la coïnfection VIH et virus de l’hépatite B (VHB)1. L’utilisation du ténofovir permet d’avoir une molécule efficace contre les deux virus. Dans le cas du VHB, le virus ne présentant pas de résistance au traitement, l’utilisation du ténofovir seul convient pour maintenir une charge virale (CV) VHB indétectable. Pour le VIH en revanche, le ténofovir pourra être une des molécules de la multithérapie nécessaire pour un contrôle de la CV.

Chez les patients monoïnfectés par le VHB présentant une fibrose hépatique, l’introduction du traitement ténofovir entraine une diminution de la fibrose, en quelque sorte un retour à la normale protecteur pour le foie. Les résultats exposés par Anders Boyd montrent, en revanche, que le niveau de fibrose du foie reste stable chez la plupart2 des patients coïnfectés recevant un traitement antirétroviral comprenant le ténofovir. Et cela alors même que leur charge virale VHB est rendue indétectable par le traitement. Ceux qui régressent le moins sont ceux ayant un faible niveau de restauration immunitaire.

Cette étude confirme qu’un bon système immunitaire est important pour lutter contre le VHB et qu’il serait prioritaire de faire de manière répétée des bilans de l’évolution de cette maladie du foie chez ces patients3.

Par Sophie Luillier, AFRAVIH 22/04/2016

_______

1Estimations de l’OMS : 240 millions de personnes souffrent d’une infection chronique par le VHB dans le monde (mesuré par la positivité pour l’antigène de surface de l’hépatite B pendant au moins 6 mois). Plus de 780 000 personnes meurent chaque année des suites d’une infection par l’hépatite B notamment de cirrhose ou de cancer du foie. Deux à quatre millions personnes dans le monde sont coïnfectées par les VIH et le VHB et 12 000 en France (8% de la population infectée par le VIH).
2Seuls 20% des patients ont une fibrose qui régresse.
3Le suivi minimum de l’infection par le VHB comprend : la mesure de la charge virale VHB et/ou le suivi de la disparition d’antigènes spécifiques du VHB.