En direct de l'AFRAVIH: Trithérapie d’anticorps neutralisants

Retrouvez tous les comptes-rendus de la conférence AFRAVIH, qui se tient à Bruxelles du 20 au 23 avril.
Publié le 22.04.2016.

Les anticorps neutralisants (AN) sont des protéines qui reconnaissent le virus et bloquent son entrée dans la cellule. Au cours de l’infection par le VIH, ils peuvent être produits chez quelques individus. Cependant, ils arrivent trop tard, le virus a perpétuellement un temps d’avance dans sa résistance aux AN produits par l’organisme, explique Guido Vanham de l’Institut de Médecine Tropicale d’Anvers en Belgique à l’AFRAVIH de Bruxelles, ce vendredi 22 avril. A la suite de cette observation, des travaux de recherche ont permis le développement d’AN contre le VIH avec pour objectif de les injecter chez les patients pour bloquer la réplication du virus à l’arrêt des antirétroviraux (ARV). L’anticorps VRC01 est le plus avancé parmi les AN en cours de développement. Administré par une injection dans des essais cliniques préliminaires, il induit une réduction transitoire de la charge virale chez quelques patients. Malheureusement, rapidement le virus devient résistant et la charge virale remonte.

Guido Vanham a présenté les résultats de travaux effectués dans des souris humanisées ayant reçu trois injections séquentielles de trois AN différents. Cette combinaison d’une trithérapie d’AN permet le maintien d’un contrôle de la charge virale plus long dans le modèle animal : comme pour le traitement ARV, une combinaison de plusieurs anticorps limiterait l’échappement viral en diminuant le risque de résistance. Un encouragement aux perspectives nuancées en comparaison avec les ARV bloquants l’entrée du virus dans la cellule actuellement en cours d’études. Il n’en reste pas moins intéressant de s’intéresser aux AN, notamment en termes de recherche vaccinale préventive et en traitement préventif.

Par Sophie Lhuillier