Soutien à la recherche

Sidaction soutient la recherche et les chercheurs.

La recherche en résumé

  • Des progrès considérables en termes d’efficacité et de confort thérapeutique
  • La rémission et la mise au point d’un vaccin demeurent les principaux défis
  • L’élimination des réservoirs viraux et le vieillissement immunitaire figurent parmi les pistes majeures de recherche
  • La recherche autour des stratégies de prévention reste essentielle
  • 55 jeunes chercheurs et 94 projets de recherche soutenus par Sidaction en 2016
 

Où en est la recherche ?

Depuis le début de l’épidémie, les progrès scientifiques réalisés ont été majeurs. Les trente dernières années ont vu les chercheurs unir leurs forces à celles des associations et du politique pour mettre au point un arsenal thérapeutique contre le VIH. Depuis l’arrivée des multithérapies antirétrovirales en 1996, l’espérance de vie des patients s’est nettement améliorée. Aujourd’hui, 26 molécules, plusieurs pouvant être associées en un seul comprimé, permettent aux hommes, aux femmes et aux enfants qui y ont accès de de contrôler leur charge virale et de diminuer le risque de transmission.

Voir le cycle de réplication du  virus du sida

Mais le combat demeure encore très inégal. L’infection n’est pas éradiquée. En effet, les molécules permettent de contrôler le VIH, mais pas d’en guérir. Dans le meilleur des cas, il reste en latence, tapi dans des cellules dites réservoirs, au sein desquelles les traitements ne peuvent pas l’atteindre. Si le patient interrompait son traitement, le virus investirait de nouveau massivement son organisme. Or, les thérapies disponibles en 2014, qui ont moins d’effets indésirables que les premières molécules disponibles, restent contraignantes au quotidien et toxiques au long cours. Chercheurs et médecins réfléchissent à des stratégies d’allègement des prises pour réduire le fardeau des molécules et limiter les effets croisés du virus et des anti-VIH, notamment en termes de vieillissement accéléré.

Parmi les nouveaux enjeux, le vieillissement immunitaire - épuisement irréversible des défenses de l’organisme- est une problématique récente et consécutive des comorbidités prématurées des personnes vivant avec le VIH.

En termes de prévention, la recherche poursuit le développement de stratégies utilisant le traitement. Beaucoup d’efforts sont notamment consentis sur le développement de gels microbicides vaginaux, et sur de nouveaux outils à base d’ARV.

Nos actions

Sidaction est née de la formidable volonté de Line Renaud et de Pierre Bergé, de l’incroyable mobilisation des médias, mais aussi de celle des chercheurs, des médecins et des infirmières, auprès des associations et des patients. Line Renaud rappelle souvent que sa décision de fonder l’association a été prise « après avoir reçu un appel de l’Institut Pasteur expliquant que la recherche manquait fondamentalement de moyens ». Sidaction, qui est la seule association française de lutte contre le sida à soutenir la recherche, s’est ainsi dès le début engagée auprès des chercheurs. Les fonds qu’elle recueille sont alloués pour 50 % à des projets de recherche et pour 50 % à des programmes de prévention et d’aide aux malades.

Voir la liste des programmes de recherche soutenus par Sidaction

Sidaction a contribué pendant vingt ans aux incroyables progrès réalisés en termes de traitements et de prévention. Mais aujourd’hui, les défis d’un traitement curatif et du vaccin préventif sont toujours là. L’analyse des comportements, contextes, évolutions des systèmes de santé et  nouvelles stratégies de prévention est également majeure pour améliorer la réponse globale face au VIH/sida. C’est pourquoi Sidaction renouvèle chaque année son appel d’offres ouvert à tous les domaines de la recherche. La majorité des projets financés le sont en recherche fondamentale, en virologie et en immunologie. C’est de la compréhension des mécanismes de l’infection et de la réponse immunitaire que pourront venir les nouvelles pistes. En 2015, ces aides ont été réparties entre 47 équipes de recherche et 47 jeunes chercheurs pour un montant total de 3 millions d’euros.

Les trente dernières années, les chercheurs ont avancé grâce aux synergies incroyables qui existent dans la lutte contre le VIH, notamment entre la recherche biomédicale et les sciences sociales, mais aussi entre chercheurs et patients. Sidaction encourage ces rencontres. Elle le fait au travers de son comité scientifique et médical multidisciplinaire et de l’Université des jeunes chercheurs (UJC), qui mettent en lien les différentes générations de chercheurs de tous les domaines et des personnes vivant avec le VIH. Depuis le début de l’épidémie les progrès sont le fruit des passerelles créées par les pionniers. Le prix Jeune Chercheur que remet régulièrement Sidaction distingue des travaux particulièrement prometteurs, qui participeront aux découvertes et solutions de demain.